tapir

                     TAPIR :

Tapirus  terrestris
Maïpouri (en créole), Tapi'i (en  wayâpi),  Maipuli (en Wayanas et kalina), Tapi'it, baipuli (en émérillon), Audiki (en palikur), Bofo (en taki-taki,   aluku, et sarabande), Anta (en brésilien ).
Ordre : Périssodactyles - Famille : Tapiridés - Dimensions :  longueur tête- corps : 1,7 - 2,6 mètres, longueur queue : 4 - 6  cm - Hauteur au garrot : 80 - 110 cm - Poids : 112 - 250 Kg.
Gros animal terrestre de la taille d'un petit poney, massif, et couleur assez uniforme, gris sombre et brun. Lèvre supérieure se prolongeant et formant une sorte de petite trompe. Museau convexe formant une bosse sur le front. Crinière étroite de poils sombres le long de l'épine dorsale du front jusqu'aux épaules. Gorge et poitrail parfois plus clairs. Silhouette massive au dos fortement convexe. Poils courts et lisses, ne couvrant pas partout la peau grise. Pattes postérieures à trois doigts laissant une empreinte caractéristique en trèfle, pattes antérieures à tris larges doigts et un quatrième plus petit. Le jeune naît fortement tacheté et rayé longitudinalement de jaune au blanc. Nocturne principalement, mais peut être vu de jour. Généralement solitaire, ses faibles densités (inférieures à un animal au Km2) et son faible taux reproducteur (un seul petit tous les deux ans)   le rendent vulnérable à la pression de chasse. Affectionne les habitats proches de l'eau (marécages, rivières, nage et plonge fréquemment. Se nourrit en broutant la végétation et de fruits divers.
Confusions possibles : Eventuellement avec le Cabiaï, gros rongeur massif vivant près de l'eau, mais de taille  très inférieure, plus poilu et marron, n'ayant pas de " trompe ", mais un museau carré.

iguane_vert








                  Iguane vert

Iguana iguana
Léza (en créole),   Yamaka, Wayamaka (en  wayâpi), Ololi (en  Wayanas),  Zabaka (en émérillon),   Wayamaga (en  kalina),   Iwan (en palikur), Leguaan, Legwana (en taki-taki), Caméléao (en brésilien).
Ordre : squamates - Famille : Iguanidés - Dimensions : longueur totale :  jusqu'à 170 cm. Poids : 2 - 6 Kg.
Description :  Grand lézard assez commun en Guyane? Sa coloration est très variable allant du gris au vert vif chez les plus jeunes individus. La queue peut être  plus ou moins fortement barrée de bandes  sombres. Il porte une crête dorsale épineuse le long de la ligne médiane du corps et des fanons sur le cou. Les doigts sont longs, particulièrement aux pattes arrière. Les mâles sont plus grands que les femelles. Essentiellement arboricole, il vit le long des cours d'eau et partout sur la bande côtière, y compris dans les  milieux habités par l'homme. C'est le seul lézard entièrement herbivore, qui broute des feuilles, fruits, fleurs et herbacées. Il pond en moyenne une quarantaine d'oeufs pendant la saison sèche, sur les plages en bord  des rivières. Sa viande est assez appréciée et se raréfie dans les zones très fréquentées.
Confusions possibles :  c'est le seul lézard atteignant une si grande taille. Les jeunes sont verts très vifs. L’ameine (améiva) ,  gros lézard commun et moitié vert, moitié marron, ne dépasse pas 40 cm. Le  Téju (tupinambis nigropunctatus)  est un gros lézard très vif, à la coloration brun-noir avec des marques jaunes. Il est cependant plus petit que l'Iguane et a un aspect lisse.

agami








                        Agami

Psophia crepitans

Agammi (en créole), Yakami     (en wayâpi), Mamhali (en  Wayanas), Dzakami (en émérillon), Agami (en  kalina), Maytu (en  palikur), Kamikami (en taki-taki), Kami (en alu), Jacamim de costas cinzentas (en brésilien).
Ordre : gruiformes - Famille : psophiidés - Dimensions :  longueur totale : 45 - 60 cm - Aile : 27,2 - 29,8 cm - Poids : 0,8 - 1,5 Kg.

Description : Oiseau terrestre à allure générale rappelant la pintade. Le corps est sombre, mais le dessus des ailes est couvert de plumes longues et fines, gris clair qui retombent légèrement. La base du cou et la poitrine ont des reflets métalliques verts et violets. Le bec et les pattes sont verdâtres. Vivent en bandes d'une dizaine à une trentaine d'individus, se déplaçant au sol la plupart du temps, où ils se nourrissent principalement de fruits. Souvent bruyants, ils se signalent par des gloussements et des cris perçants lorsqu'ils sont alertés, ce qui leur vaut leur nom d'Agami trompette. La ponte de trois oeufs en général a lieu vers Février-Mars. Répandu normalement dans l'ensemble du massif forestier, mais régresse dans les zones chassées.

hocco









                        Hocco

Crax Alector

Oko (en créole), Mitu (en wayâpi), Ëwok (en Wayanas), Mîtu (en émérillon), Woko (en kalina), Timubu (en palikare), Powisi (en taki-taki), Pawishi (en alu), Mutum, Mutumporanga (en brésilien).
Ordre : Galliformes - Famille : Mégapodidés - Dimensions : longueur totale : 85 - 96 cm - Ailes : 34,5 - 40 cm - Poids : 2,4 - 3,7 Kg.

Description : Gros oiseau au plumage presqu'entièrement noir brillant avec des reflets bleutés. Longue queue noire et dessous du ventre blanc. La tête porte une crête caractéristique de plumes qui sont incurvées vers l'avant. Le bec est noirâtre au bout mais jaune orangé vif à la Base. Pattes grises. Arboricole, mais se déplace également au sol. Se rencontre habituellement seul ou en paires, parfois accompagnée d'un jeune atteignant rapidement une taille comparable à celle des adultes. Des regroupements plus importants sont parfois notés. Vit dans les forêts primaires, où il se nourrit essentiellement de fruits et graines variées, broyés dans un gésier musculeux. Pond 2 - 3 oeufs blancs chaque année, entre Novembre et Avril. Répandu normalement dans l'ensemble du massif forestier, mais régresse fortement dans les zones chassées.
Confusions possibles : Parfois confondu avec le Caracara à gorge rouge (Cancan), rapace sombre très bruyant avec tout le dessous clair, et pas de crête. Les Cancans se perchent tout en haut des arbres et descendent peu au sol.

h_ron_coco_















                   Héron  cocoï

Ardéa cocoi

Gran gris (en créole), Mawali (en Wayâpi), Makwali (en Wayanas), Kumawari (en  kalina), Waratna (en palikur), Kuma Wari, Sabaku (en taki-taki), Maguari, soco-grande (en brésilien).

Ordre : Ciconiiformes - Famille : Ardéidés - Dimensions : longueur tête-corps : 97, 127 cm - Ailes : 42- 47 cm - Poids : 1 - 1,4 Kg.

Description : Grand  héron au dos gris, pâlissant sur les ailes portant de longues plumes. Calotte noire qui descend  jusqu'au-dessous des yeux, et forme une petite crête noire en arrière de la tête. Cou blanc ainsi que le devant de la poitrine portant de longues plumes. Ventre noir avec cuisses et dessous de la queue blanche. Bec et iris jaunes. Pattes sombres. L'immature a le ventre cendré avec des raies roussâtres, le cou cendré, la calotte noire plus terne, et les cuisses, et les sous-caudales rayées. Espèce peu abondante, qui vit en forêt sur les bords des cours d'eau de faible profondeur (au niveau des sauts), ainsi que sur les côtes dans les marais, les estuaires et les mangroves. Pêche généralement à l'affût. Se nourrit de poissons, amphibiens et insectes aquatiques.
En période de reproduction, le bec peut prendre une teinte jaune éclatant et rouge à la base, les jambes deviennent également rosâtres sombres. Niche en petites colonies, d'Avril à Juillet, et pond 2 -3 oeufs blanc bleuté.
Confusions possibles : L'aigrette tricolore est plus petite, avec la crête et le ventre blancs, le cou sombre avec une fine ligne claire et un bec plus sombre sur le dessus.

Ara_cloropt_re












                              Ara  chloroptère

Ara chloroptera

Ara jonn (en créole), Alalaka (en  wayâpi), Kunolo (en Wayanas), Kuyariî (en  kalina), Kuyagl, Kawu-kuyagl (en palikur), Warrauw raaf, warrawrafru (en  surinamais et taki-taki),   Arara- vermelha-grande (en brésilien).
Ordre : Psittaciformes - Famille : Psittacidés - Dimensions : longueur tête-corps : 90 cm - Ailes : 38, 42 cm - Poids : 1 - 1,7 Kg.

Description :  Très grand perroquet vivement coloré et doté d'une longue queue pointue. C'est le plus grand des aras. Corps rouge (plus sombre que l'Ara Macao), ailes rouges, vertes et bleues, queue rouge et bleue. Les parties nues de la face sont blanches marquées de stries rouges marquées de minuscules plumes. Fréquente les hautes frondaisons bordant les cours d'eau. Perchés à 30 ou 40 mètres de hauteur, ils se nourrissent de graines et de fruits. Le plus fréquent des grands aras de Guyane, il est présent sur l'ensemble du massif forestier, bien que ses effectifs aient fortement diminué des zones fréquentées par l'homme à cause de la chasse. Niche dans les cavités des troncs.
Confusions possibles : L'ara Macao est très semblable mais avec du jaune à la place du vert sur les ailes, sans marques rouges sur la face, et rouge plus vif sur le corps.






Ara_bleu


                                   Ara  bleu

Ara  Ararauna

Ara blé (en créole), Kasawa (  en wayâpi), Alalawa (en  Wayanas et en émérillon), Kalalawa (  en kalina), Arawa (en  palikur), Djamba raaf tyambarafru (en  Surinamais et taki-taki), Arara- de-barriga-amarela (en brésilien).

Ordre : Psittaciformes - Famille : Psittacidés - Dimensions : longueur tête-corps : 80 cm - Ailes : 36 - 38,6 cm - Poids : 1- 1,4 Kg.

Description : Grand perroquet à longue queue? Coloration unique bleu vif sur le dessus du corps (tête, dos, ailes et queue) contrastant avec le jaune vif du dessous. Bec noir ainsi que la gorge. Les parties nues et blanches de la face sont marquées de dessins noirs.
Les Aras sont généralement associés en couples. Contrairement aux deux autres espèces d'Aras, l'Ara bleu ne fréquente pas la grande forêt de l'intérieur (sauf dans l’extrême sud-ouest du département) mais reste étroitement lié aux vastes plaines marécageuses du littoral où poussent en abondance les palmiers-pinot et palmiers bâches dont il consomme les graines. Niche dans les troncs creux de palmiers. Assez rarement observé en Guyane.

Confusions possibles : Allure du corps semblable aux autres Aras, mais coloration unique.

Ocelot





                      Ocelot

Leopardus  pardalis (= Felis pardalis )

Chat tig (en créole), Ukuyawa (en  wayâpi), Malakaja (en  Wayanas), Balakadza (en  émérillon), Katiusi pelo (  kalina) ,  Kaukwine-pauye (en  palikur),   E tigri-kati, palupende (en  taki-taki), Maakaïa (en alu),   Jaguaritica, gato-maracajà, Maracaja-acu, Gato-mourisco (en brésilien).

Ordre : carnivores - Famille : félidés - Dimensions : longueur tête-corps : 56 - 90 cm, longueur queue : 28-41 cm. Poids : 7- 14,5 Kg.
Description : Félin au pelage tacheté, de, taille moyenne, intermédiaire entre Jaguar et Chat Margay Taches sombres sur fond jaunâtre à fauve, formant pour la plupart des rosettes, plus ou moins alignées longitudinalement sur le corps, et bandes noires sur la nuque. Queue plus courte que les pattes arrière (critère distinctif de l'espèce). Fourrure courte et lisse, mais plutôt légèrement rêche et rarement douce et laineuse, orientée d'arrière en avant au niveau de la nuque. Profil du museau légèrement convexe. Ventre clair, tacheté de sombre. Extrémité des pattes : large, particulièrement les pattes avant. Femelles plus petites que les mâles.
Plutôt nocturne, entièrement carnivore, se nourrit de petits mammifères, oiseaux lézards. L'ocelot a en moyenne une portée de 1 à 2 jeunes tous les deux ans.
Confusions possibles : les autres félins ont la queue plus longue que les pattes arrière. Le Jaguar est plus gros, sans bandes noires sur la nuque. Le Chat Margay et l'Oncilla sont plus petits, de la taille d'un gros chat.

Ca_man_noir





















                Caïman  noir

Melanosuchus  niger

Caïman nwé (en créole), Yakalewasu (en wayâpi), Akale (en  kalina), Pareine (en palikur),   Jacaré-açu (en brésilien).

Ordre : crocodiliens. Famille : Alligatoridés. Dimensions, longueur tête-corps : 3-4 mètres, jusqu'à 6 mètres. Poids : jusqu'à 400 Kg.

Description : C'est  le plus grand caïman de Guyane. L'adulte a un ventre blanc, ainsi que de nombreuse petites écailles sur la nuque. La mâchoire inférieure est marquée de bandes grises à brunes chez les animaux plus âgés. Il possède de 10 à 12 écailles au niveau de la plus grande largeur du dos, et 6 entre les pattes arrière. Le front est traversé par une barre en relief entre les deux yeux. Le jeune se distingue des autres petits Caïmans par ses bandes jaunes sur les flancs, perpendiculaires à l'axe du corps, et son museau large. L'oeil est assez grand, de couleur ocre jaune et possède des paupières nictitantes. Il vit dans divers types de milieux aux eaux plutôt calmes : marais, lagunes, larges rivières. Les femelles sont adultes et reproductrices à partir de la taille de 2 mètres. Il se nourrit de poissons et de divers vertébrés aquatiques comme terrestres car il chasse également à terre. Devenu très rare en Guyane, il est menacé également dans toute son aire de répartition à cause d'une chasse abusive, pour sa peau comme pour sa viande. En Guyane, la seule population restante est localisée dans les marais de la réserve de Kaw-Roura.
Confusions possibles: Toutes les autres espèces sont beaucoup plus petites. Le caïman à lunettes (caïman crocodilus) dépasse rarement 2 mètres. Il possède également une barre en relief entre les yeux. Sa queue est plus ou moins " rayée " par des alternances de zones claires et sombres, et il est tacheté sur les flancs. Les écailles de la nuque sont plus grosses et moins nombreuses. Il a 8 à 10 écailles au plus large du dos, et 4 à 6 sur les pattes arrière. Les Caïmans à front lisse (paleosuchus palpebrosus et paleosuchus trigonatus ) sont de longueur inférieure à 2,3 M de long. écailles dorsales entre les pattes arrière, et P. trigonatus seulement 2.






















           Le mot du futur président

Comme vous le savez, je brigue le pouvoir suprême, et il ne fait aucun doute (ce n'est pas comme aux USA)   que cette dernière consécration doit m'échoir.
Et si, par malheur, il ne me manquait que 5 voix, ce serait les vôtres, bande de glandus,( pardon, dans la bouche d'un président ce n'est pas un terme à employer, irresponsables convient mieux.)
Vous vous souvenez de nos élucubrations à Saut Loutre : la métropole sans la gauche ni la droite et sans arabes, la Guyane sans sauvages, le tiers-monde sans la faim, la Russie sans sous-marins nucléaires (elle a déjà commencé à les éliminer), une fleur au bout de chaque fusil, et le ti-punch à volonté.
Je suis donc en mesure, aujourd'hui de vous présenter une vue synthétique de la situation telle que je l'envisage dans un premier temps en Guyane.

       Le discours du futur président

Françaises, français, c'est le candidat à la présidence qui vous parle. Si je suis élu :
J'entends :
  - Supprimer la concession de Dachine, la mine de Dorlin ainsi que tous les petits orpailleurs afin que l'Inini retrouve sa couleur naturelle et ne soit plus pollué, ni par le mercure, ni par les immondices qui jonchent ses rives.
1 voix = celle de Bernard

   - Je m'engage à  ce que la faune soit préservée, en traquant de manière impitoyable tous les chasseurs qui tuent sans vergogne les animaux protégés.
2 voix = celle d'Yvan
           = Celle de Marc

- Je vais notifier aux autorités compétentes guyanaises que le poisson boucané et le riz doivent disparaître en tant que nourriture pour les métropolitains. Prévoir des aliments sains : vache folle, maïs transgénique  etc......
  1  voix = Joël

J’assure également que la production de rhum devra tripler, les baroudeurs ne devront plus connaître les affres de la soif et se limiter à des portions congrues.
  1 voix = Moïse

Quant à moi, futur président de la future 6e république, ayant été choqué profondément par l'état de délabrement du bagne de Saint Laurent du Maroni, j'affirme aujourd'hui,   solennellement, qu'il sera entièrement rénové, restauré et même agrandi par l'envoi massif de trafiquants de drogue, de violeurs et d'assassins.
Mais rassurez-vous, mes chers concitoyens, nous ne sommes plus en 1800, la peine de mort est abolie et je n'envisage pas de référendum à ce sujet... Quoi que... on verra par la suite..... À mon second quinquennat.....
Ils auront du Lariam et la nourriture sera à base de poisson boucané et de riz.
Les repentis seront acheminés vers la capitale et seront affectés aux travaux de  la voirie.
Trente millions de voix - Je suis élu.

    Cayenne, ville propre, Cayenne ville fleurie

                Aujourd'hui une utopie
                  Demain une réalité

Françaises, français, mes chers concitoyennes, yens, croyez en moi et vive la Guyane.

                  UN MOT D’ECOLOGIE


   Jusqu'à une époque relativement récente, la Guyane pouvait apparaître comme une exception: la richesse de sa faune, pourtant exploitée par l'homme depuis son arrivée, ne semblait pas en péril. Mais comme ailleurs, le développement des populations humaines, l'accès à des technologies modernes facilitant le déplacement des hommes et la capture des animaux, l'évolution des sociétés traditionnelles ont fini par se traduire par la raréfaction de certaines espèces. Il est alors devenu nécessaire de protéger les espèces les plus vulnérables et de soumettre l'exploitation des autres à certaines restrictions.
  Pour être appliquées, les mesures réglementaires doivent être connues, comprises et assimilées. Il faut donc sensibiliser les différents publics : chasseurs, naturalistes ou simples amateurs curieux des choses de la nature. L'engagement de l'O N C et de ses agents témoigne de l'intérêt de l'établissement pour la connaissance et la conservation de la faune exceptionnelle de la Guyane.
La sensibilisation du plus grand nombre facilitera la mise en place de systèmes de gestion durable. Ce sera l'occasion pour l’O N C, aux côtés d'autres partenaires impliqués dans la gestion des ressources naturelles renouvelables d'utiliser ses diverses compétences en matière d'habitat et de faune sauvage. La réussite de cette prochaine étape nécessite, d'opérer en parfaite collaboration avec les acteurs locaux (le pou d'agouti par  exemple). Il s'agit d'une tâche exaltante.

                         Ils ont participé  et  souffert:

BIGOT  Bernard      (67 ans
LEQUIPE  Joël
PASQUIER  Moïse
FABRIZI  Marc
BALISSON  Jean-Claude     (62 ans)


  Notre  guide

ALLINCKX  Yvan
La Palmeraie
97314  Saül
Guyane française